Information

Il n'est désormais plus nécessaire de prendre RDV pour le service état civil/population, sauf pour le service étrangers et lors des permanences du samedi matin. Le service état civil/population est également fermé le mardi.

Coche verte

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Bertrix Tourisme / Tourisme de mémoire / Bertrix et la Seconde Guerre mondiale

Bertrix et la Seconde Guerre mondiale

Les Allemands de la 1ère Panzerdivision arrivent Bertrix le 11 mai 1940 vers 16.00 h, dès le lendemain du début de la campange des 18 jours.

Tout au long de la guerre, la population bertrigeoise va subir des exactions de la part des Allemands. On en trouve plusieurs traces.

 

Plaque des fusillés

Située au carrefour de la rue de la gare et de la rue de Blézy.

Le 23 août 1944, 3 agents des chemins de fers, Fernand Lamouline, Joseph Noël et Georges Poncin, sont fusillés par les Allemands devant le 95 rue de la Gare. La "Plaque des Fusillés" rappelle leur souvenir.

 

 

 

 

Chapelle des martyrs

Au carrefour de la rue Pierre Lifrange et de la rue des Chasseurs Ardennais.

Le 26 juillet 1944 vers 17.00 h, au Saupont, le chef de la police rurale des province de Namur et Luxembourg, est tué par la Résistance. Au milieu de la nuit, en représailles, la chasse aux otages commence. Sur ordre de la Kommandantur de Neufchâteau, la Feldgendarmerie de Bertrix va arrêter, dès 01.00 h du matin, 25 otages.

Emmenés à Arlon pour interrogatoire, quelques prisonniers ont été relâchés. Certains après quelques jours, d'autres après quelques semaines : Léopold Evrard, Marie Doppagne, François Bouché, Désiré Draux, René Bertholet, Firmin Pignolet, Fortunat Poncelet, et Paulin Lebas le dernier, le 29 août.

Les autres otages seront embarqués le 30 août en train vers Anvers jusqu'au camp de Neuengamme où ils arriveront le 2 septembre vers 05.00 h du matin. Dix otages ne reviendront jamais : Ovide Bouché et Alice Laime, morts à Ravensbruck ; Jean Mahy, mort à Versen ; Arthur Baijot, Jean Casin, René Guidart, Louis Firmin Lambermont, Lucien Molitor, Charles Nannan et Joseph Sauvage, morts à Neuengamme.

C'est pour leur rendre hommage que Madame Delogne, présidente des mères et veuves des prisonniers politiques, a souhaité ériger une chapelle. La chapelle des Martyrs est inaugurée le 25 octobre 1953. Une stèle à la mémoire des Chasseurs Ardennais a été ajoutée en 2008. Le 7 novembre 2018, l'arbre du centième aniversaire de la guerre 14-18 a été planté.

 

Monument Sassoon

rue des Minières à Mortehan

En hiver 1944, Hitler lance une attaque surprise, l'offensive von Rundstedt, qu'on appellera la bataille des Ardennes. Le 4ème régiment SAS (Special Air Service) ou 2ème régiment de chasseurs parachutistes (RCP) est envoyé dans les Ardennes. Le 24 décembre au matin, il quitte Reims pour la Belgique. Le convoi vient de Sedan, emprunte la route de Florenville, et, à la " Maison Blanche ", prend la direction de Mortehan pour rejoindre Bertrix. Le commandant Puech-Samson, le capitaine Déplante, le capitaine Sassoon et Gilbert Lolo, un parachutiste, sont dans la voiture de tête. Ils arrivent de nuit à Mortehan.

Soudain des coups de feu éclatent. La sentinelle, croyant avoir à faire à des Allemands, tire sans sommation. Le capitaine Sassoon et Gilbert Lolo sont touchés. Grièvement blessé, Sassoon est soigné par la Révérende Mère Auguste (soeur de la Congrégation de la Doctrine Chrétienne, née en 1889, qui appartient à la communauté enseignante de Mortehan). Devant la gravité de la blessure, Soeur Auguste fait appel à l'abbé Henri Englebert, le nouveau curé de Mortehan et Cugnon qui est arrivé au presbytère un mois plus tôt.

Une grange est réquisitionnée pour soigner les blessés, celle d'Edouard Baude. On y amène le capitaine Sassoon qui sera par la suite transféré à l'hôpital de Verdun où il décédera le 10 janvier 1945.

Pour en apprendre plus sur Meyer Sassoon, cliquez ici.

 

Plaque SAS

Derrière l'église

Après le tragique événement de Morthean, les SAS arrivent à Bertrix le 24 décembre à 22.00 h. Ils sont logés chez l'habitant et installent leur QG dans la crypte.

A partir de Bertrix, ils vont lancer des patrouilles offensives contre les Allemands dans la région de Saint-Hubert qui sera libérée le 11 janvier 1945.

 

 

 

Croix de la Liberté

Au rond-point de l'Arhénée

La croix a été plantée le 9 septembre 1944, à la libération.

 

 

 

 

 

4 chapelles Notre-Dame

Au quatre points cardinaux

En 1943, le Doyen Courtoy émet le souhait d'ériger 4 chapelles si Bertrix est épargnée de la destruction. Dès 1949 commence donc la contstruction des 4 chapelles Notre-Dame.

 

 

 

 

Monument aux morts

Place des Trois Fers

Ce monument rend hommage aux morts des deux guerres. Il associe les reliquats d'un monument édifié en 1925 et les éléments d'une nouvelle installation datant de 2003. La statue en bronze vernissé de 2,50 m de hauteur appartient au premier édifice, de même que les écussons à l'arrière. Elle représente une femme casquée, ailée et armée d'une épée. Elle évoque la victoire.

Une plaque réalisée en 1950 commémore les noms des défunts de 1914-1918.

Actions sur le document