Information

Dès le 3 octobre, il ne sera plus nécessaire de prendre RDV pour le service état civil/population, sauf pour le service étrangers et lors des permanences du samedi matin. Les bureaux sont également désormais fermés le mardi.

Coche verte

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Bertrix Tourisme / Tourisme de mémoire / Meyer Sassoon

Meyer Sassoon

Meyer Sassoon est né le 30 juillet 1915 en Egypte, à Alexandrie. Il est de nationalité britannique. Après sa scolarité au Collège des Frères puis au Lycé français, sa famille s'installe à Beyrouth au Liban, où il entamera des études de médecine.

Le 28 juin 1941, il rejoint les Forces Françaises Libres (FFL) en Palestine et est affecté dans la Légion étrangère de Beyrouth. Quelques mois plus tard, il est muté dans les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL). En septembre 1941, alors sous-lieutenant, il est affecté comme médecin au sein du groupe Lorraine à Rayack au Liban. En janvier 1942, il rejoint la base aérienne de Damas en Syrie. En novembre 1942, il est affecté à l'Etat-Major des FAFL en Grande-Bretagne. Le 12 mars 1943, il rejoint l'Infanterie de l'Air et débute sa formation. Il sera breveté le 16 juin. Il rejoindra alors la Compagnie de Commandement du 1er Bataillon de l'Infanterie de l'Air (BIA). Médecin-lieutenant du bataillon, il sera affecté au HQ squadron du 4th SAS (en avril 1944, les BIA prennent la dénomination de régiments : les 3ème et 4ème BIA deviennent respectivement les 3rd et 4th SAS Regiments pour les Britanniques, et plus tard, les 3ème et 2ème RCP pour les Français).

La nuit du 9 au 10 juin 1944, il est parachuté sur la base de Samwest et participe à la libération de la Bretagne. En septembre, il est avec son bataillon sur les bords de la Loire puis en Champagne. Le 24 décembre, l'unité quitte Reims pour la Belgique. Sassoon est victime d'un tir allié et décède le 10 janvier 1945 à l'hôpital de Verdun.

Meyer Sassoon était un médecin appércié , ainsi que l'écrivit le médecin-capitaine Chevalier, médecin en chef de Camberley : " médecin-lieutenant dans une unité de parachutistes, vit avec cette unité spirituellement et maternellement, réalisant avec simplicité ce que doit être le médecin d'une troupe en campagne. Aime cette fonction, sait se faire aimer, estimer et respecter de tous. Très solides connaissances médicales. "

 

 

Actions sur le document